Financial Krach Survivor

…ou comment échapper au racket organisé par les BANKSTER et prospérer malgré la crise!

  • RSS
  • Delicious
  • Digg
  • Facebook
  • Twitter
  • Linkedin
  • Youtube

Chronique de la bankstérisation ordinaire

Posted by admin juin - 3 - 2013 0 Comment

Source24hgold.com – Audrey Fournier

Bankster

C’est un lieu commun de dire aujourd’hui que les injections massives de liquidités opérées par les principales banques centrales dans le monde , ne le sont pas au profit d’une quelconque relance économique, mais aux seuls 1% des plus riches de la planète qui détiennent plus de 50% de la capitalisation boursière mondiale. A l’euphorie d’un petit nombre, succédera inéluctablement la ruine de tous quand les bulles boursières, obligataires, monétaires exploseront………..peut être ensemble!

Ces créations monétaires servent également a augmenter l’endettement des Etats qui n’arrive plus a créer de croissance, mais juste a cacher leur misère. Dans le même registre les taux d’intérêts imposés par ces mêmes banquiers centraux , ne reflètent en rien la fiabilité des emprunteurs, mais servent de voile pudique a leur insolvabilité.

Si demain, certaines pratiquent honteuses devenaient interdites, il n’y aurait plus de crise financières.

La corruption des élus est un lieu commun qui dégoute peu a peu tous les peuples de produire un quelconque effort, de faire montre de solidarité sociale, mais il existe dans le système une forme de corruption institutionnalisée qui se nomme le lobbying………son chiffre d’affaire annuelle mondiale est de 1200 milliards………..et en plus il est déductible des impôts!

Si les sommes engagées dans cette pratique sont colossale, les résultat ne le sont pas moins, banquiers, lobbyistes, sénateurs, main dans la main et dans le sac, toutes hontes bues:

Denissto

Citigroup ou le lobbying ordinaire des banques à Washington

La loi est censée empêcher une redite du krach financier de 2008, et pourtant, ce sont les premières victimes de la crise, les banques, qui sont à la manœuvre à Washington pour vider au maximum le Dodd-Frank Act de sa substance.

Inscription à la newsletter - Cliquez ICI ...

Selon des informations dévoilées jeudi par le New York Times, des recommandations émanant de Citigroup figurent, mot pour mot, dans un projet de loi visant à modérer certaines dispositions de la loi sur la régulation bancaire. Sur 85 lignes de texte, plus de 70 sont directement inspirées des recommandations de Citigroup, dénonce le quotidien américain, « deux paragraphes ont même été copiés mot pour mot ».

La manœuvre est grossière, mais elle témoigne d’un climat de confiance qui semble être de retour pour de bon à Wall Street. Pratiqué à visage découvert dans les couloirs du Congrès, le lobbying du secteur bancaire se traduit également en espèces sonnantes et trébuchantes. Si un parlementaire appuie un texte pro-banques, il pourra compter sur un soutien financier généreux lors des prochaines élections, ou sur de larges contributions lors de ses opérations habituelles de fund raising.

Le nombre de lobbyistes mobilisés sur le sujet est impressionnant, mais extrêmement déséquilibré : The Nation, hebdomadaire progressiste, a publié en avril un schéma qui met en évidence que, sur 20 lobbyistes envoyés à Washington en 2012 pour défendre le Dodd-Frank Act, plus de 400 ont été dépêchés par les grandes banques pour faire contrepoids. Inutile de préciser qui a le plus de chances de l’emporter. Et ce n’est que la partie immergée de l’iceberg, explique le magazine : il faut compter aussi avec les avocats, les chercheurs, les relations presse, et tous les think tanks prêts à appuyer les demandes d’une partie ou de l’autre.

Les desiderata de Citigroup portent principalement sur le trading des produits dérivés : il s’agit pour la banque de faire annuler une disposition de la loi qui interdit l’échange de certains de ces produits entre les grandes banques, ce afin de ne pas les fragiliser et risquer de nouvelles faillites. A écouter les géants bancaires, leur travail est d’utilité publique, une porte-parole va même jusqu’à souligner, dans le NYT, que « (notre) opinion est partagée non seulement par le secteur, mais par des leaders tel le président de la Réserve fédérale, Ben Bernanke ».

Peut-être, admet le NYT. Sauf que Citigroup fait partie des plus gros distributeurs aux Etats-Unis de credit default swaps, produits structurés hautement spéculatifs qui ont joué un rôle important dans l’effondrement des marchés en 2008 : son exposition est de 3 000 milliards de dollars, logés dans une entité spéciale, Citibank N.A., qui bénéficie d’une assurance fédérale. « Sur ces 3 000 milliards, près de 2 000 sont adossés à des sociétés ou d’autres entités notées en catégorie ‘spéculatif' », dénonce le journal. Ce sont autant de produits qui, selon le Dodd-Frank Act, doivent sortir de la structure garantie par l’Etat. Les pertes à assumer en cas de nouvelles perturbations sur ce marché seraient, pour Citigroup, considérables.

L’histoire pourrait aussi avoir des répercussions à l’international, alors que les Etats-Unis se sont lancés dans des négociations serrées sur ses relations commerciales avec l’Union européenne. Or Citigroup, ainsi que d’autres banques (JPMorgan, AIG notamment), fait partie de la Coalition of Service Industries, qui milite activement pour que ces négociations débouchent sur des règles qui, à tout le moins, ne les pénalisent pas. Surtout, ils se battent pour écarter la moindre disposition qui pourrait avoir une application extra-territoriale, comme cela serait le cas concernant le trading de produits dérivés.

Les positions européenne et américaine, extrêmement éloignées l’une de l’autre sur le sujet, devraient être la principale pierre d’achoppement de ces négociations, que les deux parties espèrent boucler en 2015.

Audrey Fournier

Crise de la dette europeenne


Sponsors

  • goldbroker
  • joubert-change.fr
  •  Bitgold.com
  •  Goldmoney, or
  • Recevez gratuitement notre guide pratique :  "21 Jours pour Déclarer Votre Indépendance Économique"